Jessica ROHR - Restaurant Le Cheval Rouge

Jessica ROHR - Restaurant Le Cheval Rouge

 

Photo 1

Rencontre du mois de Janvier 2022

Jessica ROHR

 

Jessica Rohr a repris le Cheval Rouge de Viglain en juillet 2019. Quand on rentre dans son restaurant on sent une atmosphère familiale, détendue, ça discute à droite à gauche, des jeunes, des moins jeunes, des séniors. Certains prennent l’apéro au comptoir avant de s’installer pour déjeuner, d’autres en sont déjà au café.  Jessica, elle,  virevolte, va dans la cuisine chercher des plats, sert un café au comptoir, prend une commande, place quelqu’un à une table, mais pas au hasard « je tiens à ce qu’il y ait des échanges, je n’aime pas que les gens se sentent seuls, alors, j’essaye de faire en sorte que même les solitaires soient entourés pendant leur repas ». Elle sourit, elle écoute ses clients avec attention « faire plaisir aux clients c’est important et les voir contents c’est un vrai plaisir ».

Vous l’avez compris, Jessica c’est l’énergie et la joie de vivre du lieu avec son sourire  chaleureux !

Ses parents étaient déjà dans l’hôtellerie et la restauration, d’ailleurs pendant un temps elle a travaillé en famille avec ses parents et son frère.

Son projet était d’obtenir un CAP de cuisine, mais il y avait à l’époque peu de filles dans ce domaine. Elle a réussi à trouver une école à Savigny sur orge en s’installant chez les grands parents. Mais au bout d’un an sa grand-mère est tombée malade et elle a dû retourner chez ses parents. Impossible de retrouver l’apprentissage en cuisine, elle a obtenu un diplôme de salle.

Elle a commencé par travailler avec ses parents et son petit frère qui a un diplôme de cuisine, à Pithiviers, puis dans la Sarthe où ils tenaient un Hôtel Restaurant, ce qui lui a permis de bien connaître les deux activités, avec des contraintes et des satisfactions différentes. Elle a vite compris que son truc c’était la restauration !

Avec son expérience elle connaît à la fois la salle et la cuisine, « il y a une grande interaction entre les deux, connaître les deux côté permet de mieux fonctionner et s’entraider ».  Au Cheval Rouge elle est en salle pendant la semaine et en cuisine le weekend.

Son ambition est que dans son restaurant on se sente comme à la maison : on sait qui fait la cuisine et la cuisine est faite avec des produits frais, de saison et du coin. La semaine le cuisinier Xavier Levant gère les menus : objectif être inventive pour bien utiliser les denrées tout en régalant les clients. Le week-end Jessica se fait plaisir et choisit les produits qu’elle aime travailler.

Au menu on a une cuisine traditionnelle, comme il y a des habitués il faut varier et innover pour qu’ils n’aient pas l’impression de manger toujours la même chose.

Le weekend il y a une spécialité portugaise : le poulet en crapeaudine, avec des épices que Jessica rapporte du nord du Portugal où elle va au moins une fois par an. Bientôt il y aura de la morue (le bacalhau), elle affine ses bonnes recettes. Et à l’été prochain elle devrait pouvoir faire le cochon à la broche sur la terrasse (elle a déjà récupéré la broche à cochon !).

Cet hiver, elle propose un weekend à thème une fois par mois : en octobre c’était moules frites, en novembre choucroute …   

Les desserts c’est sa touche personnelle ! Elle n’arrive pas à se décider sur celui qu’elle préfère préparer : le tiramisu framboises spéculos, la mousse au chocolat, l’ile flottante, la crème brulée, la tartre au citron meringuée (tout fait maison depuis la pâte jusqu’à la meringue) … et son Pithiviers dont elle est très fière car les spécialistes le trouvent excellent.

Jessica a des projets plein la tête, même si elle n’a pas beaucoup de temps ! Elle aimerait un jour pouvoir mettre en place un baby-foot et un billard, mais en faisant attention à ce que chaque activité respecte les autres, pas question de déjeuner dans le bruit du baby !  En attendant elle prépare un potager à l’arrière du restaurant et aménage un poulailler pour avoir des œufs frais pour les desserts.

Pour elle « ce qui est important c’est d’aimer ce qu’on fait parce que quand on rentre à la maison on est encore dedans ! » et on le sent, elle adore son métier !

Photo 1